Tipeee
Nylnook

Nylnook

Created at 5 Jun. 2014 - Contact

Nylnook
  • ↓↓↓↓↓↓↓⚐  English readers, please scroll down!  ⚐↓↓↓↓↓↓↓


    Ok, parlons argent !


  • Faire de la BD, c'est tout un art : il faut avoir une idée d'histoire, croire que ça vaut la peine de l'écrire et de la dessiner, se documenter longuement, vérifier ses sources, rédiger un scénario, le jeter à la poubelle, en écrire un autre, être un peu plus content, le relire et le corriger, le relire et le corriger, le changer un peu, le relire et le corriger, se faire relire et corriger, ajouter des détails, le traduire en anglais, corriger la version anglaise, découper le scénario en pages et en cases, dessiner un storyboard (un croquis du dessin définitif) case à case, assembler ces cases en pages dans une première mise en page, reprendre le scénario et le storyboard, refaire quelques cases, en supprimer quelques-unes, en ajouter d'autres, refaire la mise en page, puis enfin passer au dessin de toutes les pages, une à une, d'abord l'encrage (le trait), puis la couleur, et faire la mise en page définitive, sans oublier la couverture et les pages de présentation, corriger encore une fois, puis préparer les ebooks et les fichiers prêts à imprimer, et la même pour la version anglaise, et enfin publier, imprimer, distribuer, présenter, mettre en ligne, mettre en ligne ailleurs, et ailleurs, faire sa petite pub sur les réseaux… et enfin souffler un peu, avant de recommencer !
  • Tout ça, c'est long, c'est fastidieux, mais c'est aussi un plaisir quand on aime dessiner et qu'on a envie de raconter une histoire, et c'est une belle récompense quand on peut lire sa propre histoire finie.

  • Le projet

  • Mokatori, c'est mon premier projet d'album de BD, un récit d'anticipation sur le thème du changement climatique :
    Et si les habitants de l'avenir nous envoyait des lettres ?
    De 2054 à 2084, de l'Islande à l'Afghanistan, des cataclysmes aux utopies, cinq récits dessinent nos futurs possibles pendant le « Mokatori », le mot pour dérèglement climatique chez les Indiens d’Amazonie
    Ép. 0 - « La fin » - Mexico, Mexique, 27 novembre 2015
    Ép. 1 - « Business as usual » - Reykjavík, Islande, 20 mars 2054
    Ép. 2 - « Machine à remonter le temps » - Taipei, 臺北市, Taïwan, 13 novembre 2084
    Ép. 3 - « À l'ombre des figuiers » - Farsala, Φάρσαλα, Grèce, 17 juillet 2077
    Ép. 4 - « Maîtres de la stratosphère » - Walvis Bay, Namibie, 29 février 2060
    Ép. 5 - « Vivants » - Koundouz, کندز, Afghanistan, 3 avril 2072
  • En plus de la satisfaction de réaliser mon premier album et du côté militant assumé, j'espère que cela me permettra de donner corps et émotions à des concepts scientifiques abstraits qui deviennent trop progressivement notre réalité, et qu'on a du mal à se représenter dans des tableaux de chiffres, des textes scientifiques ou des graphiques du GIEC. Ce ne sont pas les chiffres qui nous font changer, ce sont nos émotions !

    L'idée a pris forme fin 2014, j'ai commencé l'écriture et le storyboard en 2015 puis publié une petite BD « à côté » sur le même thème en octobre 2015 avant la COP21 qui m'a permis de tester le processus de création et de publication d'une BD du début à la fin. Suite à ma participation à la COP21 à Paris (à Place To B !), j'ai finalisé le scénario en 2016, pour publier cet épisode 0 sous forme numérique en septembre 2016. Je suis en train de dessiner l'épisode 1, et les autres suivront dans les mois qui viennent en fonction de mes disponibilités, publiés aussi sur le web et sous forme d'ebook. Je vise la publication de tous les épisodes pour fin 2017, et j'espère imprimer la BD avec l'intégral des épisodes à ce moment-là.
  • Le mécénat participatif

  • Oui, j'ai dit que j'allais parler d'argent !
    Car, pendant tout ce temps, il faut aussi manger, dormir, s'occuper des petits, et les factures tombent. Et puis il y a aussi tout le boulot freelance (d'indépendant), intéressant, mais pas personnel. Et puis tout le reste. Alors la BD elle avance, dans les interstices, quand quelques jours ou quelques heures se libèrent. Une petite chose par jour si possible, même 5 minutes. Mais ça fait déjà deux ans que l'idée a pris forme, et je publie enfin le premier épisode.

    Aujourd'hui, je gagne 450€/mois de salaire net avec mon travail freelance, en payant aussi mes cotisations et mes frais par ailleurs

  • Heureusement, il y en a une qui assure par derrière (et ouf, elle fait aussi ce qu'elle aime !)
  • Avec ma première petite BD, pour l'instant, j'ai remboursé les frais d'impressions et d'envois que j'avais eu pour la distribuer.

    Je pourrais aller mendier un contrat auprès d'un éditeur, qui voudra ou non de mon histoire. Qui jugera de la qualité. Probablement que mon dossier de présentation ne sera même pas ouvert, dans la masse. Peut-être qu'il sera ouvert, et même qu'il intéressera un éditeur, qui sera prêt à me payer 10 000 € comme « avance sur droit », qui « m'accompagnera » et qui sortira ma BD à 3000 exemplaires papiers en librairie tout au plus, cachée derrières les meilleures ventes. Si jamais c'est un succès, s’il en vend plus de 8 333 (un très gros tirage !), alors l'avance sur droit sera épuisée et ensuite j'aurais droit à 1€ et 20 centimes par BD vendue 15€ (8%). Autant dire que je ne toucherais jamais plus de 10 000 €, ou vraiment si c'est un très gros succès, peut-être 10 120 €. Et je devrais faire les salons, et ma pub tout seul sur internet, à mes frais.
    À voir sur le sujet, le documentaire « Sous les bulles » de Maiana Bidegain, ou la parodie écrite par BDencre.

    Avec 10 000 €, je tiens environ 10 mois en me payant mon salaire actuel et mes frais, et en refusant tout autre contrat freelance. Autant dire, juste de quoi finir ce projet de BD, sans compter le temps déjà passé, en me tirant une balle dans le pied auprès de mes quelques clients. Et je renonce à l'exploitation de mon propre travail de création... c'est à dire qu'en fonction du contrat signé, je n'aurais très probablement plus le droit de publier ma propre BD sur Internet par exemple, ça devra passer par l'éditeur. Ces restrictions du droit d'auteur qui sont censés me garantir un revenu m’empêcheraient donc de faire ce que je veux de mon travail sans rien me rapporter.

    Bref, être artiste, ça rapporte pas, ce n'est pas un scoop, mais faut quand même pas pousser Godot dans les orties.
    Peut-être que ce système de droit d'auteurs marchait au siècle dernier, mais ce n'est clairement plus le cas aujourd'hui.
  • Heureusement, on est en 2016, et Internet existe. Et l'auto-édition aussi. Et il a des tas de gens qui ont des bonnes idées et qui montrent le chemin (Jason Brubaker, David Revoy, Maliki, Bookelis). Alors j'ai une autre solution : m'adresser à toi, chère lectrice ou cher lecteur, pour te demander ton soutien.
    Du mécénat participatif ça s’appelle. Tu connais le financement participatif, le « crowdfunding » ? Où un créateur s'adresse « à la foule » via Internet pour financer ponctuellement un projet, comme l'impression d'un album de BD ?
    Hé bien, le mécénat participatif, c'est presque pareil, mais ce n'est pas ponctuel, c'est « durable » (hou, il est bien placé ce mot-là !).

  • Toi, chère lectrice ou cher lecteur, tu deviens coproductrice ou coproducteur de Mokatori en devenant ma ou mon mécène sur Tipeee. Chaque mois, une petite somme de ton choix m'aidera à chasser les soucis du quotidien pour me concentrer sur la création de ce projet. Les petits ruisseaux font les grandes rivières, et 1 € par mois, c'est déjà beaucoup !

    Petit à petit, Inch’Allah, je pourrai consacrer de plus en plus de temps à ce projet, et les épisodes suivants sortiront plus vite. Tu commences quand tu veux, tu arrêtes quand tu veux. Et tu participes à la création en tant que coproductrice/teur : je publierais au fur et à mesure l'état de mon travail dans les coulisses (les news Tipeee), et tu pourras me donner ton avis, voir modifier ou ajouter des phrases, des cases et même des personnages. Car je suis persuadé que tu pourras enrichir mon travail, et Mokatori deviendra petit à petit une œuvre collective !

  • Description des contreparties


  • Pour ne rien vous cacher, il y a beaucoup d'autres raisons qui me poussent à choisir l'auto-édition. Voilà comment j'imagine…
  • La BD libre et numérique au XXIème siècle


  • en tant que lecteur
    - je veux pouvoir lire les BDs qui me plaisent.
    - je veux donc y accéder facilement, par le moyen de mon choix (librairie, commande par internet, numérique…).
    - je veux pouvoir les lire sur le support de mon choix (papier, écrans de toutes tailles), voir changer de support (et que ça reste lisible !).
    - je n'ai pas un gros budget (il y a d'autres priorités !).
    - je veux pouvoir découvrir de nouvelles œuvres (lire un extrait, parcourir une BD) sans mettre la main à la poche.
    - je veux pouvoir soutenir les projets qui me plaisent par le moyen de mon choix.
    - je veux que la plus grosse part de l'argent que je paye revienne à l'auteur.
    - je comprends la nécessité de rémunérer le libraire, l'imprimeur, le distributeur, l'éditeur et les éventuels autres intermédiaires pour le travail qu'ils ont fourni, dans la juste mesure de leur travail.
    - je ne veux pas rémunérer « le risque » que prendrait un éditeur, ou, s'il faut le faire, de façon minimale.
    - je veux pouvoir prêter ou donner mon exemplaire à ma famille et mes amis sans demander la permission à qui que ce soit et autant de fois que je le souhaite.
    - je n'hésiterai pas à copier tout ou partie de l'œuvre par bienveillance pour mon entourage, à des fins éducatives ou pour l'utiliser dans un projet à but non lucratif que je crois juste.
    - je ne veux pas compromettre ma vie privée ou devoir donner mon nom pour pouvoir lire une BD.
    - je ne m'intéresse pas aux subtilités du droit d'auteur.
    - je ne veux pas payer une rente à des « ayants-droits » qui ne fournissent presque aucun travail.
    - je crois à la nécessité de l'accès à la culture pour tous.

    en tant qu'auteur
    - je veux être créatif.
    - je veux faire un travail de qualité autant que je le peux.
    - je veux que ma création soit lue.
    - je veux être reconnu pour le travail que ça représente.
    - je respecte la liberté de mes lecteurs.
    - je respecte le porte-monnaie de mes lecteurs.
    - je veux pouvoir vivre de mon art.
    - je ne recherche pas une richesse inutile et illusoire, mais les moyens de vivre correctement et d'exercer ma vocation sans dépendances excessives, en argent ou en temps.
    - je veux me concentrer sur la création plutôt que sur la commercialisation.
    - j'utilise des outils qui respecte ma liberté, des logiciels libres, et me garantisse une pérennité de mes créations numériques.
    - je ne sais pas tout faire, et je ne sais pas tout bien faire.
    - je ne céderai pas mes droits d'auteurs à un tiers sous un quelconque prétexte pour qu'il en devienne le seul possesseur, quel que soit le support ou l'étendue du contrat proposé.
    - je resterai toujours libre de choisir avec qui je travaille, et je ne signerai pas de contrat d'exclusivité avec tel ou tel intermédiaire, quelle que soit sa position ou le travail qu'il fournisse.
    - je veille à l'impact social et écologique de mon travail.
    - je sais que mes proches sont et seront toujours mes plus grands mécènes, dans tous les sens du terme.

    en tant que professionnel de la création artistique
    - je considère que le travail le plus difficile de la chaîne du livre est celui de création.
    - je souhaite que toute la filière soit pérenne, et que chacun soit rémunéré à la hauteur de son travail, dans un esprit d'équité et d'équilibre
    - je considère que certains intermédiaires ont abusés de leur position et ont paupérisé les auteurs en ne les payant pas correctement, et que beaucoup d'auteurs ont acceptés des conditions de travail injustes.
    - je considère que les questions écologiques sont essentielles, et je suis attentif au coût écologique des supports (ainsi utiliser des encres nocives ou des ressources rares, détruire des livres invendus ou faire faire des milliers de kilomètres à un support physique n'est pas une option).
    - je considère qu'il est plus que temps de relever les défis de la révolution numérique (le web est né en 1991 et a 25 ans !).

    en conséquence
    - je publie mon travail sous licence libre (Creative commons By-Sa, la même que celle de Wikipédia), pour respecter mes lecteurs, et garantir leur liberté actuelle et future quelle que soit leur juridiction, leur garantir que l'œuvre et ses dérivés resteront libres et leur offrir la possibilité de la partager avec leurs proches et au delà.
    - j'encourage mes lecteurs à me donner les moyens de continuer la création artistique de la façon qu'ils jugent la plus appropriée (pourboire, dons, relecture, suggestions, traduction …).
    - je pratique le prix libre quand c'est possible.
    - Autant que possible, je fixe mes prix de façon a être mieux rémunéré que mes intermédiaires.
    - je publie sur tous les supports que mes lecteurs peuvent choisir, mais je les décourage de brader leur liberté (svp, n'achetez pas des œuvres avec DRMs !).
    - je choisis l'indépendance, l'auto-édition, les formats numériques et l'impression à la demande.

  • À quoi va servir le financement ?

  • Vos tips (pourboires) visent principalement à me donner du temps pour écrire et dessiner. Aujourd'hui je vis de mes contrats freelance, et chaque tip m'éloigne de l'obligation de chercher et réaliser des contrats pour me donner plus de temps sur la BD. De plus cela me permet aussi de réaliser des illustrations bonus et de partager avec vous des outils (brosses, textures, police d'écriture, modèles de pages…) et des making of que je n'aurais pas forcement le temps de réaliser sinon.
    Une petite partie du financement va également venir de la vente des ebooks sur les grosses librairies en ligne (Amazon, la Fnac…), et une autre de la vente des BDs imprimées.

  • NB : 8% du montant des tips va à Tipeee, car eux aussi ils ont besoin de manger ;)
  • À propos de moi


  • Photo par Elisa de Castro Guerra

    Je m'appelle Nylnook (aka Camille Bissuel), je suis illustrateur, j'ai grandi et vis dans les Alpes françaises et je m'intéresse à la question du changement climatique depuis que j'en ai compris l'incroyable enjeu en regardant fondre la neige, en auto-construisant ma maison bioclimatique, et en ayant deux petits garçons. Depuis, l'écologie est devenue un thème récurent dans mes dessins et mes projets artistiques.

    En 2008, après des études de philosophie puis de graphisme, je m'installe comme graphiste indépendant et choisis le dessin numérique et les logiciels libres comme outils. Je travaille chez moi, en équipe dès que j'en ai l'occasion, et pour faire ce que j'aime le plus je me spécialise dans l'illustration en 2013 sous le nom de Nylnook, le nom d'un personnage imaginaire, un lutin du Pôle Nord, touché lui aussi par le changement climatique.

  • J'ai déjà publié une petite BD et de nombreuses illustrations sous licence libre téléchargeables comme fond d'écran, sur mon site web, www.nylnook.com, et j'ai participé à l'écriture de trois manuels libres sur mes outils quotidiens (Scribus, Blender pour le jeu vidéo,Creating Point and Click Games with Escoria).
  • F.A.Q.

  • - Pourquoi par mois et pas par épisode ?
    les épisodes ont des longueurs inégales, si je demandais des contreparties par épisodes, cela m'obligerait à bâcler les épisodes les plus longs, ce que je ne veux pas faire.

    - Quel est la différence entre l'abonnement à la Newsletter et les coulisses dans les News Tipeee ?
    Je posterai les mêmes choses sur la newsletters et les news ouvertes à tous de Tipeee, mais les croquis, scénario et choses inaboutis et que l'on peut encore modifier ne seront publiées que dans les news réservées au tipeurs.








  • ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ⚐ English version start here! ⚐ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄ ❄

  • Now let's talk money!

  • Making comics is a whole art: you must have an idea for a story, believe that it is worthwhile to write and draw, document for a long time, check your sources, write a script, throw it to the trash can, write another one, be a little happier, read it and correct it, review it and correct it, change it a little, review it and correct it, be reviewed and corrected, add details, translate it, correct the translated version, cut the scenario into pages and panels, draw a storyboard (a sketch of the defintive drawing) panel by panel, assemble the panels into pages in a first layout, redo the script and the storyboard, redo some panels, delete some, add others, redo the layout and then finally start the drawing of every page one by one, inking first (the line), then coloring and make the final layout, plus the cover and presentation pages, correct one more time, then prepare ebooks and print-ready files, and the same for the translated version, and finally publish, print, distribute, display, upload, upload elsewhere, and also do your small advertising on networks... and finally have a break, before restarting !

    All this, it's long, it's tedious, but it's also a pleasure when you enjoy to draw and you want to tell a story, and this is a great reward when you can read your own finished story.

  • The Project

  • Mokatori is my first comic book project, a (not so far in future) science fiction story on the theme of climate change:
    And if the inhabitants of tomorrow sent us letters?
    From 2054 to 2084, from Iceland to Afghanistan, from cataclysms to utopias, five stories draw our possible futures during the "Mokatori", the word for climate change among Amazonian Indians
    Ep. 0 - "The End" - Mexico City, Mexico, November 27, 2015
    Ep. 1 - "Business as Usual" - Reykjavik, Iceland, March 20, 2054
    Ep. 2 - "Time Machine" - Taipei, 臺北市, Taiwan, November 13, 2084
    Ep. 3 - "In the Shade of Fig Trees" - Farsala, Φάρσαλα, Greece, July 17, 2077
    Ep. 4 - "Masters of the Stratosphere" - Walvis Bay, Namibia, February 29, 2060
    Ep. 5 - "Living" - Kunduz, کندز, Afghanistan, April 3, 2072
  • In addition to the satisfaction of achieving my first comic book, and the assumed activist side, I hope this will allow me to give body and emotions to abstract scientific concepts that become too progressively our reality, and that we have difficulty to picture in tables of numbers, or in IPCC's scientific texts and graphics. It's not numbers which make us change, it's our feelings and emotions!

    The idea took shape late 2014, I started writing and story-boarding in 2015 and published a small comic "aside" on the same topic in October 2015 before COP21, which allowed me to test the process of creation and publication of a comic from start to finish. Following my participation at the COP21 in Paris (at Place To B!), I completed the script in 2016, to publish this episode 0 digitally in September 2016. I'm drawing episode 1 and the others will follow in the coming months depending on my availability, also published on the web and as ebooks.
    I aim at the publication of all episodes for the end of 2017, and I hope to print the comic with all the episodes at that time.
  • Fan Based Patronage

  • Yes, I said I was going to talk about money!
    Because during all this time, I must also eat, sleep, care for children, and the bills are recurring. And then all the freelance work, interesting but not personal. And then everything else. Then the comic progress within the interstices, when a few days or a few hours become available. One small thing a day if possible, even 5 minutes. But it's been two years since the idea took shape, and I finally published the first episode.

    Today, I earn 450 €/month of net salary with my freelance work, also paying my dues and my fees otherwise.

  • Fortunately, there is one that ensures behind (and phew, she also does what she likes!).

    With my first small comic, for now, I have repaid the costs of printing and mailing that I had to distribute it.

    I could go and beg for a contract with a publisher who may want my story. Who will judge the quality. Probably my presentation file will not even be open, in the mass. Maybe it will be open, and maybe a publisher will be interested and will be willing to pay me €10,000 as a "royalty advance", will "accompany me" and will release at most 3,000 copies of my comic book in bookstores, hidden behind the best sellers. If ever it's a success, if he sells more than 8 333 (a very big publishing!), then the royalty advance will be exhausted and I would be entitled to 1 euro and 20 cent by comic book sold €15 (8 %). Needless to say I would never get over €10,000, or really if it's a very big success, maybe €10,120. And I should go to the conventions, and my own advertising on the internet, at my own expense.

    With €10,000, I hold about 10 months by paying my salary and my current expenses, and refusing any freelance contract. In other words, just enough to finish this comic project, not counting time served, shooting myself a bullet in the foot with my few clients. And I waive the ownership of my own creative work… Meaning that depending on the signed contract, I probably will not be allowed to publish my own comic on the Internet for example, it will go through the publisher. These restrictions of copyright that are supposed to guarantee me an income will so prevent me from doing what I want with my work, and wouldn't get me anything worthwhile.
    In short, being an artist is no profit, nothing new, but please don't push Godot in nettles.
    Maybe this copyright system worked in the last century, but this is clearly no longer the case today.

    Fortunately, we are in 2016, and Internet exists. And self-publishing too. And there are lots of people who have good ideas and show the way (Jason Brubaker, David Revoy, Maliki, Bookelis). So I have another solution: to turn to you, dear reader, to ask for your support.
    It's called fan based patronage. You heard about crowdfunding? Where a creator speaks to "the crowd" via the Internet to fund a project punctually, such as printing a comic album?
    Well, fan based patronage, it's almost the same, but it's not punctual, it's "sustainable" (wow, well placed word!).

  • You, dear reader, you become a co-producer of Mokatori by becoming my patron on Tipeee. Each month, a small amount of your choice will help me to drive away the everyday worries to focus on the creation of this project. From small beginnings come great things, and €1 per month, that's already a lot!

    Gradually, Inshallah, I can dedicate more time to this project, and the following episodes will come out faster. You start when you want, you stop when you want. And you participate in the creation as co-producer: I will publish the state of my work behind the scenes (into Tipeee News), and you will be able to give me your opinion, or even modify or add sentences, panels, and even characters. Because I am convinced that you can enrich my work, and Mokatori will become gradually a collective work!

  • Rewards' Description


  • To be honest with you, there are many other reasons why I choose self-publishing. Here's how I imagine
  • Digital and Free (as in Freedom) Comics in the XXI Century


  • as a reader
    - I want to read the comics I like.
    - so I want to access it easily, by means of my choice (bookstore, online ordering, digital…).
    - I want to be able to read them on the media of my choice (paper, screens of all sizes), and even change media (and it should remain readable!).
    - I don't have a big budget (there are other priorities!).
    - I want to be able to to discover new works (read an excerpt, browse a comic) without having to pay.
    - I want to support projects that I enjoy by means of my choice.
    - I want the lion's share of the money I pay to go to the author.
    - I understand the need to pay the bookseller, the printer, the distributor, the publisher and any other intermediaries for the work they have done, in the right measure of their work.
    - I do not want to pay the "risk" that takes a publisher or, if it's necessary, minimally.
    - I want to be able to lend or give my copy to my family and friends without asking permission from anyone and as many times as I want.
    - I will not hesitate to copy all or part of the artwork by caring for my surroundings, for educational purposes or for use in a non-profit project that I think is right.
    - I don't want to compromise my privacy or have to give my name to read a comic.
    - I'm not interested in the subtleties of copyright.
    - I don't want to pay a rent to "rights-holders" who provide almost no work.
    - I believe in the necessity of access to culture for all.

    as an author
    - I want to be creative.
    - I want to make a quality work as much as I can.
    - I want my creation to be read.
    - I want to be acknowledged for the work it represents.
    - I respect the freedom of my readers.
    - I respect the wallet of my readers.
    - I want to be able to make a living from my art.
    - I do not search unnecessary and illusory wealth, but the means to live properly and to exercise my vocation without excessive dependency, in money or time.
    - I want to focus on creating rather than marketing.
    - I use tools that respects my freedom, free software, and guarantee me a sustainability of my digital creations.
    - I don't know how to make everything, and I don't know how to make everything well.
    - I will not yield my copyright to a third party under some pretext for him to become the sole possessor, whatever the medium or the scope of the proposed contract.
    - I will always be free to choose with whom I work, and I will not sign exclusive contract with a particular intermediary, regardless of its position or the work he provides.
    - I'm taking care of the social and ecological impact of my work.
    - I know that peoples close to me is and always will be my greatest patrons in every sense of the word.

    as a professional of artistic creation
    - I consider the most difficult work of the book chain is creation.
    - I wish the whole sector to be sustainable, and that everyone will be paid up to his work in a spirit of fairness and balance
    - I consider that some intermediaries have abused their position and impoverished writers by not paying them properly, and that many authors have accepted unfair working conditions.
    - I consider that environmental issues are essential, and I am attentive to the ecological cost of medias (so to use harmful inks or scarce resources, destroying unsold books, or to travel a physical medium thousands of kilometers away is not an option).
    - I believe it is high time to face the challenges of the digital revolution (the web was born in 1991 and is 25 years old!).
    - As far as possible, I set my prices so as to be better paid than my intermediaries.

    accordingly
    - I publish my work under a free license (Creative Commons By-Sa, the same as Wikipedia), to respect my readers, and ensure their present and future liberty regardless of their jurisdiction, ensure that the artwork and its derivatives will remain free and offer them the opportunity to share with their loved ones and beyond.
    - I encourage my readers to give me the means to continue my artistic creation in the way they consider the most appropriate (tips, gifts, proofreading, suggestions, translation ...).
    - I practice pay what you what prices when possible.
    - I publish on all the medias which my readers can choose, but I discourage them from cheapen their freedom (please, don't buy works with DRMs!).
    - I choose independence, self-publishing, digital formats and print on demand.

  • How Will the Funding Be Used?

  • Your tips are primarily intended to give me time to write and draw. Today I make a living from my freelance contracts, and each tip move away from the obligation to seek and carry out contracts to give me more time on the comic. Additionally it also allow me to make bonus illustrations, and share with you tools (brushes, textures, typeface, page templates…) and the "making ofs" that I hardly have time to realize otherwise.
    A small part of the funding will also come from the sale of ebooks on large online bookstores (Amazon…) and another from the sale of printed comics.

  • Note: 8% of the amount of tips goes to Tipeee because they also need to eat ;)
  • About Me


  • Photo by Elisa de Castro Guerra

    My name is Nylnook (aka Camille Bissuel), I'm an illustrator, grew up and live in the French Alps and I'm interested in the issue of climate change since I understood this incredible challenge by watching the snow melt, by self-constructing my bio-climatic house, and having two little boys. Since then, ecology has become a recurring theme in my drawings and my artistic projects.

    In 2008, after studying philosophy and graphics, I settle as a freelance graphic designer and select digital drawing and free software as tools. I work from my home, in team as soon as I get the chance, and specializes in illustration in 2013 under the name Nylnook, the name of a fictional character, a gnome from the North Pole, also touched by climate change.

  • I have already published a small comic and many freely licensed illustrations to download as wallpaper on my website, www.nylnook.com, and I participated in writing three textbooks on my everyday tools (Scribus, Blender for the video game, Creating Point and Click Games with Escoria).
  • F.A.Q.

  • - Why per month, not per episode?
    the episodes are of unequal length, if I ask for pledges
    by episodes, it would force me to rush through the longest episodes, which I don't want to do.

    - What is the difference between signing up to the Newsletter and behind the scenes posts in the Tipeee News ?
    I'll post the same things in the newsletters and in the Tipeee news open to all, but the sketch, scenario and unfulfilled things we can still change will only be published in the news reserved to tippers.