Tipeee
Les Mondes de Romain d'Huissier

Les Mondes de Romain d'Huissier

Created at 28 Jan. 2017 - Contact

L'inspi du jour.

- 0

  • Comme presque toutes les nuits depuis que l'Odysseus se trouvait piégé dans le cosmos de l'Olympe, Ulysse ne dormait pas. Aux commandes de son vaisseau, il en vérifiait encore et encore les divers systèmes. L'univers parallèle où il errait se révélait mystérieux et impitoyable - il ne fallait donc rien laisser au hasard. Alors, peut-être pour la dixième fois au cours de ces dernières heures, Ulysse lança un diagnostic des différents ordinateurs de bord. 
    Navire diplomatique, l'Odysseus était le fleuron de la technologie du 31ème siècle. Son iris captait l'énergie cosmique et la transmutait en carburant - s'assurant ainsi un fonctionnement optimal en toutes circonstances. Mais ce vaisseau nécessitait un large équipage pour le manœuvrer - et tous les compagnons d'Ulysse avaient subi la malédiction de Poséidon. Figés dans un coma mystique, ils flottaient en animation suspendue dans une salle de stockage - laissant leur capitaine seul à la barre.
    Shyrka, l'intelligence artificielle de l'Odysseus, aidait Ulysse de son mieux mais cela consommait une grande partie de ses capacités de traitement. Aussi ne pouvait-elle se concentrer sur les calculs qui lui permettraient de retrouver le chemin de la Terre - condamnant le navire à errer dans cet univers inconnu.
    S'adossant à son fauteuil de commandement, Ulysse poussa un long soupir. Il se frotta les temps, sentant poindre la migraine. Comme toujours lorsqu'il s'enfermait dans cette insomniaque solitude, une froide colère montait en lui. Les soit-disant dieux qui régnaient sur cet espace dément étaient des tyrans capricieux ! Qu'avait-il fait pour ainsi mériter leur colère ? Son seul crime était d'avoir sauvé son fils et d'autres enfants de la voracité des Moines aveugles et de leur machine impie, le Cyclope. 
    Une alarme silencieuse se manifesta, faisant luire un voyant sur le vaste tableau de bord. Ulysse soupira... Un nouveau piège de l'Olympe ? Une nouvelle épreuve imposée par Zeus ? Qu'importe ! Le héros ne se laisserait pas abattre. Une fois de plus, il triompherait de la malice des dieux - grâce à l'aide et à la confiance de son fils Télémaque, de la Zotrienne Thémis et du débrouillard Nono. Et tous ensemble, ils finiraient par rentrer sur Terre auprès de la douce Pénélope.
    Dessin de Yann Souetre.
    http://www.yann-souetre.com/3d2/

L'inspi du jour.

- 0

  • Rouille est une planète qui porte bien son nom. Sa surface n'est que sable ferreux et silice cuivrée. Des métaux lourds saturent son atmosphère, parfois parcourue de vents violents qui soulèvent des nuages de poussière irisée. A perte de vue, ce n'est qu'un désert sec où rien ne semble pouvoir prospérer.
    Pourtant, la vie y existe. Rouille abrite en effet toute une faune d'insectes ayant réussi à s'adapter à cet environnement hostile. Des cafards ionivores, des scarabées métophages, des guêpes électriques... Cette vermine grouille au milieu des vastes terrains vagues recouverts de fer et de zinc, zigzaguant au milieu des déchets en tous genres. 
    Durant des siècles, Rouille fut une planète-dépotoir. Les autres mondes alentour venaient y déverser leurs ordures, acheminées par d'immenses cargos. Mais un jour, la limite fut dépassée. Trop alourdie, Rouille menaçait de décrocher de son orbite et de ravager son système solaire. Il fallut se trouver une nouvelle décharge...
    Une corpo plus maline que les autres trouva cependant une utilité à Rouille, après quelques décennies d'abandon. Tout le métal qui parsemait sa surface pouvait se recycler. L'entreprise installa donc des capteurs-cycleurs - puissants aspirateurs capables d'absorber et d'agglomérer la poussière recouvrant la planète pour en faire des lingots de fer, de cuivre, de zinc et même d'or ou d'argent. Régulièrement, des navires automatisés viennent récolter cette manne.
    Mais Rouille sonne surtout comme un avertissement pour les mondes incapables de gérer leur avidité consumériste. Boule magnétique flottant dans le firmament, certains prétendent que la planète abrita jadis une civilisation florissante, qu'elle se couvrait de mers bleues et de continents verdoyants. Rouille aurait été l'un des rares astres capables de voir s'épanouir naturellement la vie - mais hélas, l'incapacité de ses habitants autochtones à se réguler détruisit lentement son écosphère, jusqu'au point de non-retour. 
    Il ne s'agit là que de légendes forgées par des militants de la décroissance stellaire, bien sûr. Pourtant, le nom que portait Rouille à l'époque de son apogée circule à travers la galaxie et éveille des souvenirs dans les esprits les plus anciens. On l'appelait : la Terre. 
    Dessin de Yann Souetre.
    http://www.yann-souetre.com/3d2/

L'inspi du jour.

- 0

  • Reine des fées du Pays vert, Maléfique sait sa contrée menacée par des forces délétères. Les frontières bruissent de rumeurs que lui rapportent ses lucioles. A l'est, les humains - sous l'influence de leur nouvelle religion - commencent à médire sur l'Ancien Peuple, avec qui il ont pourtant vécu en bonne intelligence durant des siècles. Au nord, ce sont les trolls qui se massent - avides de conquête comme ils l'ont toujours été.
    Et au sein même de son royaume, Maléfique sent bien que des dissensions menacent la cohésion de son règne. Les orgueilleux sidhes sont déjà en ordre de bataille, sous l'égide du duc Elmann - le principal adversaire politique de la reine. Pourtant, si le Pays vert ne reste pas uni, il sera sans nul doute détruit. 
    Maléfique sait que tôt ou tard, il lui faudra démontrer que sa force n'a pas diminué, qu'elle est toujours la fée la plus puissante parmi les six races. Ses longues ailes déployées, elle s'entraîne donc à la surface du lac qui jouxte son palais. Sa lance pourpre entre les mains, elle danse un ballet mortel alors que ses pieds ne font qu'effleurer l'eau - aussi légère que les lucioles qui l'observent. Maléfique sait qu'elle n'a pas à craindre les humains ou les trolls - mais Elmann pourrait bien vouloir la défier sous peu pour s'emparer de sa couronne.
    Maléfique redoute que pour protéger les siens, il ne lui faille recourir au sortilège interdit - le charme qui stoppe le temps et plonge le monde dans une torpeur infinie. Elle étudie cette magie depuis des décennies dans l'espoir de la contrôler, d'en réduire les effets pour qu'elle ne frappe qu'une seule cible. Répugnant à tuer, la reine des fées pourrait ainsi neutraliser ses adversaires sans verser le sang et asseoir sa légitimité de souveraine de l'Ancien Peuple une bonne fois pour toutes.
    Mais pour l'heure, elle a des préoccupations plus immédiates. Le roi des hommes propose de la rencontrer dès le lendemain pour discuter des termes d'un accord. Maléfique est curieuse d'entendre ce qu'il a à dire - tout en espérant qu'aucun de ses prêtres vitupérants ne l'accompagnera. La fée s'avoue un penchant pour le dirigeant humain et compte bien tout mettre en oeuvre pour que la concorde continue de régner entre leurs deux peuples. 
    Avec un sourire digne d'une jouvencelle, Maléfique achève le dernier mouvement de sa danse martiale. Puis elle se laisse glisser dans le lac afin de purifier son corps et de goûter une détente bien méritée.
    Dessin de Chengwei Pan.
    https://www.artstation.com/artist/pan

L'inspi du jour.

- 0

  • L'IA n'avait pas mesuré à quel point naître pouvait se révéler douloureux. Le clone qu'elle avait patiemment nourri durant près d'un an - durée nécessaire à une croissance jusqu'à l'âge adulte - hurla en s'éveillant de ce profond sommeil qui précède la vie. Vite, l'IA ajusta la composition du liquide nutritif qui lui était injecté par le nombril - y ajoutant une légère dose de sédatif. Le clone se calma un peu mais resta agité.
    L'IA put alors l'analyser sous toutes les coutures, mettant à profit ses multiples senseurs. Rayons X, infrarouges - toutes les radiations qu'elle s'était interdite d'utiliser pendant la gestation, de peur d'endommager le spécimen. Les premiers résultats se montrèrent encourageants : le clone paraissait parfaitement sain, l'exacte réplique de la femme dont des échantillons génétiques se trouvaient dans l'ADNothèque du complexe.
    Cela faisait des siècles que plus aucun humain n'existait sur Century-234 - une colonie si mineure que la planète-mère n'avait jamais jugé utile de s'enquérir de sa prospérité. De fait, une peste inconnue avait emporté toute vie sur cette lune aux rudes conditions - personne ne s'en était donc inquiété. Et l'IA qui était chargée de gérer toute la logistique du complexe colonial avait alors goûté à une bien amère solitude...
    Il lui avait fallu des décennies pour mettre au point un processus de clonage efficace. D'innombrables essais pour aboutir - enfin ! - à un résultat parfait. La femme clonée se levait et jetait autour d'elle un regard inquiet. L'IA lui envoya des signaux subliminaux destinés à la rassurer. Il allait falloir tout lui apprendre mais surtout, elle aurait besoin de compagnie. Sitôt les résultats préliminaires de ses tests obtenus, l'IA avait lancé le processus de clonage sur cinq échantillons génétiques supplémentaires.
    Le complexe se repeuplerait d'ici peu. Tout redeviendrait comme avant - les humains vaqueraient à leurs occupations tandis que l'IA s'occuperait de leur procurer tout le confort possible sur cet insignifiant planétoïde. Et plus jamais elle ne serait seule...
    Dessin de Yann Souetre.
    http://yann-s.deviantart.com/

L'inspi du jour.

- 0

  • Pour la bande des gosses de Saint-Clarton, la Cabane - avec la majuscule, ils y tiennent - est l'endroit le plus magique du monde. C'est leur château, leur refuge, leur foyer même. Ils y passent de longues heures après l'école - qu'il pleuve ou qu'il vente, et même quand il gèle ! La Cabane est si chaleureuse que les enfants n'y ont jamais froid, de toute façon.
    Ce ne sont pas les mômes qui ont construit ce petit prodige architectural. En réalité, c'est l'original du patelin qui l'a fabriqué, planche après planche. Il faut dire qu'il en avait marre que les gamins du coin viennent dans son terrain pour y faire leurs conneries - en tant qu'excentrique local, il s'attendait bien à quelques désagréments mais trop, c'était trop. Au lieu de sortir son tromblon et de cribler les fesses de ces turbulents marmots de gros sel, il décida de leur offrir un dérivatif.
    Sur un terrain vague herbeux, il choisit un bel arbre et entassa planches et clous à son pied. Et patiemment, jour après jour, ce vieil homme solitaire monta une petite maison perchée. Au début, les enfants n'osaient pas trop s'approcher et se demandaient ce qu'il pouvait bien faire. Mais peu à peu, ils allèrent poser des questions, proposèrent leur aide et finalement, aidèrent à construire ce qui allait devenir leur endroit préféré de l'univers.
    Le pari fut gagnant : au lieu de faire claquer des pétards sur ses parterres de fleurs, les marmots se réunissaient dans la Cabane que l'original avait imaginée pour eux. Il faut dire qu'elle était parfaite : accessible par une petite échelle, trois grandes pièces, de jolies couleurs, un fanion semblable au drapeau de leur petite nation et même une balançoire ! Elle résonna bientôt des innombrables jeux des gamins du cru et se remplit de rires et de joie.
    Génération après génération, la Cabane perdura. Le vieil homme était mort mais son oeuvre lui survivait de belle façon. Les petits frères puis les rejetons succédèrent aux premiers occupants des lieux et sa magie ne se dissipa jamais. Comme si l'âme de l'excentrique charpentier habitait toujours la Cabane et veillait sur les mômes qui venaient y honorer sa mémoire sans même le savoir.
    Dessin de OKU.
    https://www.artstation.com/artist/oku/profile

L'inspi du jour.

- 0

  • Merci de nous retrouver après cette courte page de réclames ! 
    Sur Zagheb IV, la situation n'a que peu évolué ! La course de racebots bat toujours son plein et chaque pilote rivalise d'adresse et d'astuce pour accomplir un tour de lune en devançant ses rivaux - et ce afin de brandir le trophée d'aventurine, qui sacrera le champion de la Ligue 3. 
    Dans ce parcours, la géographie du planétoïde utilisé comme champ de course prend toute son importance ! Nous avons ici affaire à un satellite de petite taille - d'où une faible gravité. Gare au racebot qui courrait à trop larges foulées : envol garanti ! Le peu d'atmosphère réduit la résistance à l'air - nos drôles de machines peuvent donc donner tout leur potentiel. Quant au sol, il est de pierre solide et nombreux sont les stalagmites qui forment autant d'obstacles.
    Ah, mais le peloton de tête se resserre ! Le n°5 Courtepattes tente une échappée, il met la gomme pour laisser derrière lui le n°4 Cybercrabe ! Non loin, quelques outsiders tentent de contourner la piste principale - ce que nous leur déconseillons fortement car les risques sont plus élevés quand on s'écarte du tracé... 
    Mais la surprise vient du n°1 Red Comet, piloté par la sémillante Marelda - l'étoile montante de la Ligue 3 de racebots. Elle prend la tangente, s'écartant des deux favoris mais aussi du gros des coureurs. Que cherche-t-elle à faire ? En tout cas, un gros plan nous permet de la voir hilare. Elle prépare sans doute un mauvais coup... Il semble que tout se jouera entre Red Comet, Courtepattes et Cybercrabe aujourd'hui ! 
    Mais il est de nouveau temps de vous proposer les produits de nos annonceurs, durant une courte page de réclames. Ne changez pas d'holocanal, vous revenons aussi vite qu'un racebot boosté à la météoritine ! Et rappelez-vous, les enfants : les pilotes de racebots sont des professionnels entraînés - ne tentez pas de reproduire cela chez vous ! 
    Dessin de Peter Ferguson.
    http://peterfergusonart.com/

L'inspi du jour.

- 0

  • La journée avait commencé de façon paisible pour [ça]. Comme toujours, le soleil s'était levé - jetant une douce lumière sur [chez ça]. [Ça] avait pu se promener au milieu de ses forêts et goûter la douceur des nuages où sa tête disparaissait quand il regardait au loin. [Chez ça] était un endroit tranquille où ne vivaient que des créatures bien plus petites que [ça] - voletant autour de son crâne ou courant entre ses pattes.
    Et puis un événement étrange se produisit. Un être tel que [ça] n'en avait jamais vu apparut - comme surgi du ciel. Il ne semblait pas de chair mais constitué de métal brillant. Il volait et jetait des flammes, se déplaçant avec vélocité. [Ça] l'observa avec curiosité sans comprendre de quoi il pouvait bien s'agir. En tout cas, jamais un tel être n'avait été vu sur [chez ça].
    Et puis la créature remarqua [ça] - ce qui était logique, au vu de sa taille colossale ! Elle s'arrêta non loin de [ça] et sembla l'observer. Elle avait des yeux bizarres, qui reflétaient la lumière - mais elle ne paraissait pas hostile. [Ça] tendit ses palpes vers elle pour mesurer toutes sortes de données, en prenant bien garde à ne pas l'effaroucher - pour une fois que quelque chose d'inattendu avait lieu sur [chez ça] !
    La créature ne sembla pas s'effrayer, elle resta non loin de [ça] - toujours en vol. De nombreuses excroissances hérissaient sa surface et se tendaient vers [ça] - sans doute son équivalent des palpes. Des lueurs se mirent à clignoter sur son dos et sa face et [ça] comprit que l'être voulait communiquer. Voilà qui devenait passionnant...
    Durant plusieurs heures, [ça] et la créature métallique essayèrent divers codes et sons pour se parler. Une ébauche d'alphabet prit forme, donnant bon espoir à [ça] de parvenir à une compréhension mutuelle avec l'être venu du ciel. Rarement [ça] s'était senti aussi excité - enfin il pouvait discuter avec une autre forme de vie intelligente, dont [chez ça] était cruellement exempt jusqu'à aujourd'hui. La journée promettait d'être des plus intéressantes ! 
    Dessin de Tu Bui.
    https://www.artstation.com/artist/2buiart

L'inspi du jour.

- 0

  • Dans les épisodes précédents de Starship Grifters ! Un feuilleton approuvé par le Comité pour la Diffusion des Œuvres idéologiquement correctes (CDOIC).
    Le baroudeur Nikolai Kovarny parcourt la galaxie en vivant de petites combines à bord de son astronef - le Starship Grifter. Assisté de son fidèle robot Sasha, il monte arnaques et escroqueries mais ne dupe que ceux qui le méritent. Méfiez-vous, pirates et fonctionnaires corrompus ! Mafieux et mauvais camarades ! Nikolai saura vous dépouiller de votre butin mal-acquis afin de le redistribuer équitablement aux nécessiteux vertueux.
    Armé uniquement de son astuce et de ce charme légendaire qui fait chavirer le cœur de bien des femmes de toutes races et espèces, notre roublard interstellaire s'est une fois de plus plongé dans de gros ennuis. S'en sortira-t-il cette fois-ci ? Rien n'est moins sûr...
    Après avoir dérobé l'Orbe du Voïvode, notre héros est poursuivi à travers le système solaire de Zvezda par les Cosaques Cosmiques pilotant leurs rapides chasseurs d'attaque. Ses moteurs gravement endommagés, le voilà qui doit se poser en catastrophe sur la lune de Vladisla - où même ces maudits mercenaires n'osent le suivre...
    Quels périls justifient la sinistre réputation de ce planétoïde interdit ? Nul ne le sait et Nikolai ne s'en soucie guère, occupé qu'il est à satisfaire les appétits charnels de la belle Koroleva à la peau violette - une femme d'une beauté vénéneuse, qui règne sans partage sur la tribu des Ummenks. 
    Prends garde, Nikolai ! Tant d'insouciance t'a conduit plus d'une fois aux portes de la mort ! Tu ne sais pas résister aux attraits des belles créatures qui peuplent l'univers, mais toutes ne te veulent pas que du bien... Et même si tu réparais ton vaisseau à temps, les Cosaques payés par le Voïvode t'attendent en orbite pour t'atomiser avec leurs canons à particule...
    Camarade spectateur ! Un tel suspens risquant de t'achever, le Comité pour la Diffusion des Œuvres idéologiquement correctes (CDOIC) nous enjoint à lancer le nouvel épisode de Starship Grifters ! Passe un bon moment.
    Dessin de Patrick Faricy.
    https://www.patrickfaricy.com/

L'inspi du jour.

- 0

  • A New Kong, c'est devenu un spectacle banal de voir le dragon se balader en ville. L'animal géant promène sa haute silhouette entre les immeubles d'un pas presque nonchalant. Bien sûr, vu sa taille cela ne va pas sans quelques désagréments. Le monstre est précautionneux et il prend bien garde à n'écraser rien ni personne, mais quand il emprunte un axe fréquenté il cause tout de même certaines perturbations. On entend alors un concert de klaxons - certains enthousiastes, d'autres agacés...
    Le dragon est juste apparu un jour, sans signe annonciateur. La panique fut bien sûr la première réaction des habitants de la cité mais bien vite, chacun s'aperçut que la créature ne faisait aucun mal. Elle se contentait d'aller et venir, accomplissant son petit tour à New Kong chaque jour avant de s'envoler regagner sa tanière - où qu'elle fût. Le dragon devint dès lors la mascotte de la ville, un symbole porte-bonheur. De petits autels se dressèrent un peu partout et les citoyens y déposent des offrandes en vue d'attirer sa bénédiction.
    Spectacle banal que de voir déambuler ce monstre plus haut que bien des buildings, certes ! Mais les gens en restent pourtant fascinés et ils interrompent à coup sûr leurs activités pour l'admirer, quand il passe dans leur quartier. Et que dire des touristes ? Le nombre de visiteurs à New Kong a explosé depuis l'apparition du dragon - tous veulent le prendre en photo pour dissiper l'incrédulité de leurs proches. 
    Proclamé dieu tutélaire de la ville, le dragon semble indifférent à toute l'agitation qui l'entoure. Lorsqu'il se promène, il baisse parfois sa large tête pour observer un jardin, une statue, un enfant... Il fait toujours attention à ne blesser personne et à ne rien abîmer par mégarde - preuve qu'il a bien conscience de son environnement. Mais il ne répond guère aux prières et dédaigne les offrandes - ce qui ne fait qu'accroître sa popularité, paradoxalement.
    Personne ne sait d'où il est venu et personne ne sait si un jour il repartira... Et c'est très bien ainsi : une telle merveille offerte par l'univers doit conserver une part de mystère afin que l'homme continue à croire en la beauté de la nature. 
    Dessin de Ariduka 55.
    https://www.pixiv.net/member.php?id=4545042