ASBL Impros-J'Eux

ASBL Impros-J'Eux

Page vérifiée Created at 7 Jul. 2017 - Contact

ASBL Impros-J'Eux
  • Qui je suis et quel type de contenu je produis ?


  • Bonjour, je m’appelle Marc Legros et j’ai 62 ans. Je suis fraichement pensionné mais je reste très actif, car je suis bénévole dans l’Association Belge des Impros-J’Eux ASBL que je vais présenter dans quelques secondes. J’habite à Verviers, pas loin de Liège et de Spa.

    J’ai travaillé dans le social plus de 40 ans et en fin de carrière, je m’occupais, en tant qu’éducateur spécialisé de deux S. L. S (Service de Logement Supervisé).

    J’ai toujours aimé étudier, ainsi mon diplôme d’éducateur en poche, j’ai fait une maîtrise en P.N.L et je me suis « passionné » par toutes les techniques de communication : en plus de la P.N.L, l’analyse transactionnelle, l’ennéagramme, la C.N.V, les contes et métaphores, la méthode Ned Herrmann, les neurosciences, la psychologie positive et la méthode Thomas Gordon. J’ai aussi fait une formation pour être psychomotricien. 

    Suite à un accident de travail en 1998, j’ai dû arrêter de pratiquer l’aïkido que j’appréciais, car il est très respectueux et ne pousse pas à la compétition. J’ai en effet toujours eu une aversion pour la compétition, car elle ne privilégie que les plus forts, les meilleurs et ceux qui ont le temps et les moyens de s’entraîner.

    Fortement intéressé à cette « non compétition », j’ai été heureux (presque en larmes) quand j’ai entendu Monsieur Albert Jacquard dire ce que je pensais aussi. Pour lui aussi, la compétition est du suicide. Je collectionne maintenant tous les articles, citations et conférences de personnes qui en parlent. Ainsi j’adore écouter et lire Monsieur Mathieu Ricard, Monsieur Frédéric Lenoir, Monsieur Ilios Kotsou, etc.

    En novembre 1997 en constatant qu’il n’est proposé aux personnes ayant un handicap que des activités AUTOUR DE LA COMPÉTITION et/ou des ACTIVITÉS OÙ ELLES NE SE RETROUVENT QU’ENTRE ELLES, j’ai créé le Concept des IMPROS-J’EUX.

    En effet, je trouvais que les personnes ayant un handicap étaient continuellement « entre elles » de l’école à la fin de leur vie. Si elles vivent en institution c’est pareil du matin au soir. Toutes les activités « extérieures » proposées ne se font qu’entre personnes ayant fort le même handicap. Si elles vont « en ville » c’est toujours en groupe et encadrées. Nous les voyons plus qu’avant, certes, mais nous ne communiquons pas avec elles et certains en ont peur. Pas étonnant que les personnes ayant un handicap ont peur des moqueries des jeunes et sont sur la défensive.

    Je désirais amener une « vraie » inclusion de la personne ayant un handicap dans notre société. Le dessin ci-dessous montre bien la différence entre Inclusion et Intégration.

    Mon Concept se fonde sur la Conviviale Attitude. C’est-à-dire une Attitude joyeuse, accueillante, sans compétition, sans recherche artistique ou sportive, sans élitisme, emplie de bienveillance, de respect du rythme de chacun, d’altruisme et ouverte à tous. Un Concept empli du même esprit qu’on trouve en psychomotricité. C’est un CONCEPT NOVATEUR a plusieurs niveaux et il n’a pas toujours bien été compris.

    Trois aspects ont été difficile à « faire passer » :

    A)    Qu’il n’y a pas de compétition justement. Beaucoup restent accrochés à « la médaille ». Par contre nous nous faisons des tas d’amis et nous « récréons » beaucoup de personnes tout comme les artistes.

    B)    Qu’il fallait aller vers les Autres. Cela a été le plus dur à faire admettre. Nous ne devions pas attendre qu’ils viennent vers nous. Dès le départ l’argent nécessaire à ces Rencontres a été un frein.

    C)     Que l’on désire INCLURE tout le monde dans la société. Il faut accepter l’idée « TOUS AU MÊME ENDROIT ». J’ai dû souvent « batailler » (hé oui!) pour mettre en évidence que si l’on désire INCLURE tout le monde dans la société il faut accepter cette idée. La relation doit être gagnant-gagnant et surtout pas uniquement entre personnes ayant un handicap. Aller dans les écoles à la rencontre de « l’Autre » devenait une évidence.

    Cette dernière originalité a sûrement été déterminante quand l’AWIPH (devenue l’AVIQ) a cherché des partenaires afin de favoriser l’inclusion des personnes handicapées dans la société. Grâce à cela, maintenant, nous allons, accompagnés de quelques personnes handicapées, dans les écoles de la maternelle aux écoles supérieures pour le plus grand bonheur de tous. Nous allons aussi dans des homes pour personnes âgées quand un appel à projet nous permet de le faire. Nous avons aussi pu défendre de grandes causes en partenariat avec des jeunes.

    Nous désirons aller à la Rencontre de l’Autre :

    ·        L’Autre peut être une autre équipe d’Impros-J’Eux qui accepte de partager nos valeurs (cf. la Charte de nos valeurs ci dessous) et nos jeux communs. Ici, il est vital de comprendre que les équipes devront accepter d’aller vers des personnes non handicapées (enfants, ados, scouts, personnes âgées, etc.) ou aller vers des personnes ayant un handicap différent du leur. 8 équipes sont affiliées à l’ASBL. Nous en cherchons d’autres.

    ·        L’Autre c’est toute personne qui accepte de nous RENCONTRER. Nous voulons briser les clans où ne se retrouvent que les mêmes personnes. Notre objectif est qu’elle communique vraiment avec d’autres. Pas juste se côtoyer ou s’affronter…. En effet, vous pouvez aller dans un magasin, un cinéma ou une discothèque et ne parler à personne. Vous êtes intégré dans un système commercial OU dans la même « famille ». C’est déjà cela bien sûr, mais ce n’est toujours pas de l’inclusion. Les personnes ayant un handicap doivent pouvoir être acceptées PARTOUT. Notre société n’y est pas encore habituée et ce n’est pas en restant chez soi que cela va changer. 

    Nous proposons 5 moyens pour Rencontrer l’Autres. Ces moyens sont décrits sur l’image du Roll Up de présentation de notre ASBL ci-dessous.

    Mais voilà il y a un « hic » (comme on dit chez nous en Belgique) : « nous avons beaucoup de frais pour faire ces Rencontres » (nous venons souvent avec deux véhicules) du coup, nous devons demander de l’argent aux personnes qui nous invitent. Nous sommes obligés de demander 200 euros plus les frais de trajets.

    Nous proposons du lien social, du développement personnel (tout le monde peut se mettre en valeur), de la Conviviale Attitude. Se sont des moyens pour favoriser l’inclusion et des moyens pour apprendre à coopérer. Toutefois, il reste que c’est financièrement difficilement négociable dans notre société de consommation qui vise souvent le « moins cher » ou la « rentabilité ».

    Nous avons donc besoin de vous tous. Vos dons permettront de faire ces Rencontres. C’est pour cela que nous sommes sur Tipee.


  • Pourquoi suis-je sur Tipeee ?

  • Une Rencontre ne devrait pas se monnayer. L’argent ne devrait plus être un frein à une Rencontre. Nous sommes obligés de demander cet argent, car notre ASBL ne reçoit aucun subside récurrent et doit se débrouiller grâce à des appels à projets créateur de liens et les demandes de l’AVIQ pour favoriser l’inclusion. Ce n’est pas assez malheureusement, car nous avons de gros frais de minibus, de covoiturage, mais aussi des frais de volontariat, administratif d’animation, etc.

    C’est comme si, parce que vous aimez Rencontrer des personnes de tous les pays, se seraient à elles de vous payer le voyage et les frais de séjour.

    Pour faire les Rencontres vous savez maintenant que nous n’avons pas de supers produits à vendre (un peu comme les Bougies » d’Amnesty International ou des « Lacets bleus » d’Handicap International), ni une armada de bénévoles, nous n’avons que notre minibus qui pourrait être couvert de pub et vous !

    Or, beaucoup d’écoles, homes pour personnes âgées, mouvements scouts aimeraient nous Rencontrer mais quand nous leurs disons qu’il faut mettre sur la table 200 euros + les frais de trajet, ils reculent malgré qu’ils trouvent l’initiative intéressante et aimeraient collaborer. Ils comprennent qu’on doit cesser le chacun chez soi qui stigmatise, mais ils ne sont pas prêts à mettre des sommes aussi importantes. Quand c’est gratuit tout va bien !

    Alors l’idée est de vous demander de l’aide. Le moindre euro compte comme vous pouvez le constater. Une goutte d’eau dans l’Océan ? Mais il ne fait pas oublier que chaque goutte compte. Quand une goutte d’eau va en rejoindre d’autres dans la rivière elle a plus de chances d’aller vers un fleuve pour un jour atteindre la mer. 

  • Quelles sont les contreparties pour les tipeurs ?

  • Donnez-nous vos coordonnées et nous vous informerons de la progression du projet.

    Voilà bientôt 20 ans que le Concept existe mais il ne cartonne pas faute de moyens financiers. Avec votre aide tout peut changer. Le moindre euro compte.

    Sur le site www.impros-jeux.be vous trouverez d’autres infos ainsi que sur Impros-J’Eux ASBL sur Facebook. 

    Je répondrai à toutes vos questions et tenterai d’apaiser vos craintes par écrit via [email protected] ou si vous me téléphonez au +32 498 101 398

    De tout cœur merci.